• Non joué : Divine eyes - Azalée Layko

     

       

    Azalée Layko

    ÂGE 25 ans — ORIENTATION SEXUELLE Hétérosexuelle — SITUATION célibataire endurcie — MÉTIER/ÉTUDES Serveuse dans un club de strip-tease, elle y danse aussi parfois. — CARACTÈRE Méfiante et distante au premier abord, même si ça peut changer assez facilement.  Détachée et presque imperturbable (par les éléments qui ne la concernent pas), assurée, peu pudique, sarcastique, parfois têtue et protectrice. — STADE DE RÉINCARNATION Stade 2 — TALON D'ACHILLE Son amour pour les personnes auxquelles elle est attachée, et sa peur de les perdre, qui pourra la pousser sans problème à se sacrifier pour eux. — AVATAR Summer Bishil
     
    RÉINCARNATION
     Panacée
    PANTHÉON
     Grec
     
    POUVOIRS
     —
    • ABSORPTION Elle peut absorber les blessures et les maladies des personnes quelle souhaite. Mais comme le dit si bien le terme d'absorption, elle ne guérit pas, elle transfère juste le problème à elle-même. (actif)
    GUÉRISON Tant qu'elle est en vie, Azalée finit toujours, après plus où moins de temps, par guérir de ses blessures et de ses maladies. A moins que celles ci n'est étés absorbées, et qu'elles viennent donc de quelqu'un d'autre. De cette manière aucune maladie ou blessure ne sera définitive, ni même fatale, sauf si la mort survient aussitôt après que cette blessure/ infection soit arrivée, et bien entendu, sauf si cela a été absorbé. La guérison s'avère cependant douloureuse lors de problèmes graves, en plus d'être longue, et elle ne peut pas être empêchée. (passif)
    • DIVINATION A l'aide de feuilles de thé, Azalée peut voir l'avenir proche des personnes. Ces prédictions ne sont cependant pas toujours exactes, car certains éléments lui sont invisibles - elle-même, principalement - ; ainsi, elle voit la vie sans les interférences provenant de ces éléments. Cela fait qu'elle doit souvent garder ses visions pour elle, et ne pas agir en fonction, car elle risquerait alors d'interférer. (inactif)
    • PROJECTION Azalée peut projeter son esprit hors de son corps, et se déplacer sous cette forme sans aucune limite matérielle, si ce n'est que pendant ce temps, son corps, inconscient, est totalement vulnérable. Pour le réintégrer, il faut qu'Azalée revienne à lui, car elle n'a aucune faculté de téléportation. (inactif)

     

    POUR TOUJOURS ET A JAMAIS IMPARDONNABLE. — Deuxième enfant de sa famille, Azalée a toujours une vie assez tranquille, pleine d'amour ... Ou du moins, c'était ce qu'elle pensait. En réalité, la jeune fille était assez aveugle. Elle ne voyait pas ce qui se déroulait ses yeux, elle était dans le déni de la réalité. Car si Azalée avait la belle vie, ce n'était pas le cas de sa grande sœur, qui elle, souffrait en permanence des violences morales et physiques de leur mère.

    Alors, lorsque le soir de trop, Azalée rentra chez elle, et trouva, allongée sur le carrelage de la cuisine, le corps ensanglanté de son aînée, le choc fut terrible. La jeune fille tenta bien de réagir, d'appeler les pompiers, les urgences. Mais c'était trop tard. Les blessures étaient trop importantes : sa sœur mourut dans l'ambulance. 

    Azalée en voulait au monde entier. A sa mère, pour tout ce qu'elle avait fait subir à son aînée, à son père, qui se réfugiait toujours dans son travail, que ce soit avant le drame, ou après, et surtout, à elle-même. La jeune fille s'en voulait énormément de n'avoir rien vu, de ne jamais s'être rendu compte de la différence de traitement qui existait entre elle et sa sœur, et surtout, d'être sortie ce soir là. Si elle avait été là, elle en était sûre, jamais génitrice n'aurait levé la main de cette manière sur son enfant, et jamais sa sœur ne serait morte.

    Les souvenirs étaient trop durs à affronter. Alors à dix-sept ans, lorsqu'elle obtint enfin son permis, Azalée prit la voiture de son père, et quitta sa Floride natale. C'était tellement plus simple. Elle a coupé toute ses attaches, et surtout, s'est promis de ne plus s'attacher à personne, pour ne pas avoir une nouvelle fois à souffrir d'une perte, et encore moins d'en être responsable.

    Après avoir enchaîné les petits boulots dans différentes villes de la côte Est, Azalée a fini par s'installer à Washington où elle a trouvé un travail dans un café, et une chambre de bonne qu'elle sous-louait. Personne ne lui posait de question pour savoir d'où elle venait, et cela l'arrangeait très bien. Le temps a continué à passer, et, à 21 ans, Azalée a trouvé un nouveau travail, bien mieux rémunéré, qui lui permettrait d'économiser assez d'argent pour pouvoir faire quelque chose d'autre de sa vie. Ainsi, la jeune femme commença à travailler dans le club où elle travaillait encore à ce jour.

     

    Un soir, il y a quelques semaines, un homme, ivre, hargneux de s'être fait refuser une lap dance, s'est alors approché du bar, où servait Azalée. Il voulait retenter sa chance avec la serveuse. Mais s'essuyant un nouveau refus, il éclata son verre contre le comptoir. Azalée se prit un éclat dans la pommette. Ce n'était pas forcément quelque chose d'exceptionnel dans le club, et bien vite, les vigiles mirent l'homme dehors. Problème réglé. Sauf que les suites, elles, furent étonnantes.

    Azalée refusa d'aller à l'hôpital se faire soigner. Ce n'était rien qu'une coupure, un peu profonde, certes, mais rien de bien grave ; surtout, elle n'avait pas les moyens, il fallait qu'elle économise.

    Pourtant, le lendemain, sous le pansement, plus rien. Pas la moindre trace de l'éclat de verre. Plus aucune douleur. Azalée avait guérit comme par magie. Tant mieux, se disait elle. Les jours passèrent, et tous ses petits problèmes disparurent, tels la coupure. Mais comme une sorte de compensation, des visions submergeaient Azalée à tout moment. Des visions, ou plutôt, des souvenirs.

    Azalée finit par comprendre. Elle n'était clairement pas "juste une simple humaine".


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :